Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Chroniques de Mame Fatou

Les Chroniques de Mame Fatou

Dans ce blog, je partage mes réflexions. Entre délire, sensibilité et humour, j'aborde différents thèmes - Santé, Littérature, Civisme, Faits de société, - à travers ma passion qu'est l'écriture...

Réussir et échouer - Echouer pour réussir

Parfois, souvent, nous avons nos plans.

Nous mettons en place un programme.

Une feuille de route, que nous dressons nous-mêmes, sur la base de nos passions, nos attentes, nos objectifs.

Souvent, sans prendre les éventuels obstacles en compte.

Les plus réalistes mettront une marge de sécurité, un plan B.

Mais, nous n’envisageons pas vraiment l’échec. L’échec total !

Nous ne considérons pas cet aspect comme partie intégrante du projet.

Et si nous échouions ?

Cette question ne vient souvent pas.

Oubli ? Non. Certains, beaucoup n’oublient pas. Mais on n’ose pas.

C’est une option pourtant. Une probabilité. Une possibilité.

L’échec est tout aussi possible que la réussite.

Ils sont jumeaux. Ils vont de pair.

Le premier est souvent, d’ailleurs, très pesant sur le deuxième.

On a plus envie à la réussite quand on a déjà échoué.

On tient plus à la réussite quand on a connu l’échec.

On donne plus de valeur à la réussite quand on a connu l’échec.

On aspire plus à la réussite quand on connait l’échec…

L’échec doit donc être au centre de nos projets, pour parer toute éventualité de baisser les bras.

Quelle conduite tenir en cas d’échec :

Que ferai-je si jamais ça ne marche pas ?

Comment ferai-je pour passer à autre chose ?

Comment ferai-je pour avancer ?

Comment ferai-je pour réussir après cet échec ?

Quelles alternatives aurai-je pour combler le vide ?

Ces questions doivent être incluses dans nos plans.

Elles ne doivent être épargnées.

Elles nous permettent de tenir et d’avancer si jamais l’échec arrive.

Les écarter, c’est se déclarer vaincu d’office !

Exclure l’échec, c’est passer totalement à côté de la réussite !

Parce que, nous avons nos plans. Et Dieu a les Siens.

Que l’on croit ou pas au destin, la question n’est pas là.

Le constat est que, il nous est arrivé à tous d’avoir bien planifié une chose et de ne pas atteindre l’objectif visé. Pour des raisons que nous ignorons.

Souvent, on a beau cherché la raison de notre échec, la réponse ne vient pas.

Nous avons beau faire notre autocritique, culpabiliser, tout prendre sur nous, la réponse ne nous satisfait pas.

Nous avons beau nous dire : ‘Je n’ai pas bien travaillé’, ‘C’est moi qui ai tout gâché’, ‘Je n’ai pas fait tout ce qu’il fallait’, ‘J’ai manqué de tact’…

Autant de réponses que nous nous imposons.

Mais au final, il manque cette précision, cette explication que nous ne parvenons pas avoir : Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

La réponse serait simple pourtant, si seulement l’on envisageait l’échec, dès le départ. Se dire que c’est bien possible d’échouer, mais que cela ne nous empêchera pas d’évoluer.

Qu’échouer est possible, mais réussir aussi.

Que même dans l’échec, le rêve est permis.

Qu’échouer une fois - deux fois, n fois - peut constituer une échelle qui mène vers la réussite.

Et que comme disait l’autre, tant qu’il y a vie, il y a espoir.

Et enfin, échouer peut donner du gout à notre réussite : on a des exemples à citer, beaucoup d’anecdotes à raconter, un parcours riche et enrichissant…

Ainsi, notre vie pourra servir d’exemple, de modèle à d’autres qui passent par l’étape où nous étions passée avant de déboucher sur cette réussite désirée et louée de tous.

Affrontons l'échec, pour savourer la réussite !

MFS

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article